De la cuisine domestique au monde professionnel avec Pépites, l’association de Dreux

L’idée est innovante, originale et surtout très concrète. L’association Pépites fait partie de ces trésors qui naissent sur des terrains difficiles comme l’est le territoire de Dreux avec ses 11,8% de taux de chômage.

Pépites c’est une simple association initiée par Wassim Kamel, le sous-préfet de l’arrondissement de Dreux et la Mission locale : « Il s’agit d’inviter toutes les femmes des cités populaires qui ont un talent pour la cuisine à rentrer dans l’association et leur permettre de passer du stade de la cuisine domestique à celui de professionnel. »

Adieu les couscous pour cinquante personnes préparés dans la cuisine de l’appartement familial, adieu les verrines aux mille saveurs pour un mariage ou un baptême réalisées sur un coin de table… Ces cuisinières occasionnelles qui ont un vrai savoir-faire pourront travailler dans la cuisine d’une collectivité territoriale, voire dans la cuisine d’un restaurant, dans des conditions professionnelles. Et, surtout avec des normes et une vraie visibilité.

Pour élaborer un projet, trouver une clientèle, des locaux…

Wassim Kamel insiste : « Rentrez dans l’association et nous, on s’occupe du reste en vous accordant un accompagnement à 360°. »

Cet accompagnement à 360°, c’est un statut adapté à la situation de chaque femme, l’élaboration d’un projet, la mise en relation avec une clientèle et la mise à disposition de locaux. Une vraie main tendue pour que ces cuisinières improvisées puissent en faire une vraie activité professionnelle et légale.

Le sous-préfet est satisfait de la tournure de cette nouvelle opération qui lutte contre le renfermement des quartiers sur eux-mêmes et contre le chômage : « On a déjà fait quatre réunions. Des contacts ont été pris avec les collectivités locales et des restaurateurs. On a déjà de bons retours. Les professionnels sont prêts à nous aider. »

Il se dit même que Bertrand Jallerat serait prêt à jouer le jeu : cuisiner sur un piano du Grand Monarque, à Chartres, il y a de quoi faire rêver n’importe quelle cuisinière.

Partager:
Le 26 juin 2019